Exposition collective
Oniric Lanscapes
Fondation Bullukian, Lyon.
du 09/02/2022 au 16/07/2022
ONIRIC LANDSCAPES
Charlotte Denamur, Vanessa Fanuele, Frédéric Khodja, Christian Lhopital
Fondation Bullukian, Lyon

À travers le regard de quatre artistes, l’exposition Oniric Landscapes est une invitation à parcourir des paysages rêvés, fantasmés, aux contours et contenus insaisissables et parfois obsédants. Puisées au plus profond de l’intime et librement inspirées de l’imaginaire, les œuvres attestent des multiples chemins qu’empruntent les artistes pour nous inciter à confronter les paysages naturels à nos mondes intérieurs.
L’évasion commence avec Frédéric Khodja, dont les territoires symboliques et poétiques bousculent nos repères et notre perception de l’espace et nous transportent vers des milieux indéfinis et atemporels : visions vaporeuses et sensibles de paysages lointains qui semblent pourtant si familiers.
Commissaire de l'exposition : Fanny Robin

 
Revue Édition
Monstruosa N° 38
Participation à la revue d'art contemporain Monstruosa, Metz, mai 2022.
Monstruosa est un espace de réflexions, de discussions et de diffusion dédié aux pratiques du dessin contemporain.
Publication dans le numéro 38 de la revue Monstruosa, Metz, mai 2022, d'un montage issu de la série inédite Afriques fantômes, 2019.

Souvenir, il y a venir

Par Blandine Devers, à propos de la lithographie Souvenir, il y a venir, URDLA, Villeurbanne, 2021

biographie de l'auteur.e


Blandine Devers est assistante de direction-chargée de médiation à URDLA. Elle est l'auteure de textes accompagnant les expositions de Pierre- Alexandre Rémy (L’art dans les chapelles, 2008) et de Grégory Markovic, Treize à table (Île d’Aix, 2010) et Gegenschein (Angers, 2014). Elle est également l’auteur de Libres et mobiles, texte accompagnant un coffret de neuf gouaches sérigraphiées d’Alexandra Roussopoulos (co-édition Davel 14 et Jean Villevieille, 2009).
Dernièrement, elle a collaboré avec Anne-Lise Broyer dans sa collection L’envers de l’endroit.


 
 

Souvenir, il y a venir

 

[…]

Que ne suis-je une pierre – me dis-je –

que l’eau me polisse,

que je verdisse, jaunisse

que l’on m’expose dans une pièce

telle l’épreuve ou l’œuvre d’un sculpteur…,

une matière d’où l’utile

surgit de l’inutile.

Que ne suis-je une pierre

pour être nostalgique de quelque chose !

 

Mahmoud Darwich, La Trace du papillon, Actes Sud

 

URDLA édite cet automne une nouvelle lithographie de Frédéric Khodja, treizième estampe de l’artiste au catalogue. Elle tire son origine d’un dessin au crayon noir réalisé en novembre 2020, L’arbre chinois à la poutre kabyle, devenu quelques mois plus tard dessin d’appui au geste lithographique. Il s’agit moins d’une estampe de reproduction que d’interprétation. Un titre, nouveau, propre à l’image imprimée, Souvenir, il y a venir, indique mouvement et processus. Qui, s’ils sont graphiques, font aussi œuvre de mémoire.

 

La composition est scénographique. Un arbre, nu, auquel est suspendue une poutre. Sol sur lequel se dessine une ombre impossible – est-ce une ombre ? Murs, trouée chargée de lumière – absence manifeste ou manifestation en creux, révélant « la présence verticale et cet équilibre impensable. » Enfin, un ensemble de traits vibrionnant autour de la poutre, tels un faisceau de signes. Puissance théâtrale, possible activation, énigme – un rébus comme les songes en soumettent. Sont sensibles dans le même temps effacement et évanescence, quelque chose qui oscille, s’assume fragile. Souvenir, il y a venir est pour Frédéric Khodja un geste de conclusion d’une série autour du deuil de son père, disparu en 2018.

 

L’arbre fait paysage. « Shanshui. Ce sont les chinois qui ont inventé le mot. » Il induit la question des racines, invisibles ici. Il est aussi possible architectural comme en témoigne ce pendant manufacturé, déraciné : la poutre. Frédéric Khodja a en tête les relevés ethnographiques de charpentes kabyles, cette façon particulière de construire les maisons à laquelle les femmes sont pleinement associées – elles prennent part à l’élaboration des plans – avant de parachever les édifices, se chargeant de leur décoration intérieure. « Ce sont les seules personnes qui dessinent. Elles créent notamment des poteries, dessinent dessus et assurent une transmission orale des motifs. » Dans ce récit s’enracinent l’image ainsi que l’histoire intime : « la pierre lithographique qui ferait remonter à la surface des gestes de mémoire ».

 

« Le souvenir apparaît à travers, tel un suc, ce jus qu’en cuisine l’on obtient en pressant les ingrédients dans un chinois. » Qui réalise un multiple à partir de la pierre sait que la trace qu’il applique à la surface la pénètre : le gras du dessin, le grain du calcaire et sa porosité le permettent. Les pierres de URDLA sont centenaires. Elles ont accueilli mille et un gestes, ont été matrices de centaines d’intensions graphiques. Le dessin, avant de passer sous presse, disparaît à l’œil : le lithographe enlève le noir de fumée à l’aide d’essence de térébenthine. Instant vertigineux jusqu’à ce que le motif réapparaisse avec l’encre lithographique, qui se déposera sur le papier. Il aura fallu un temps certain de réglage de la presse pour faire monter l’image. Le nécessaire va-et-vient de la pierre, d’un côté et de l’autre du cylindre de pression, pour qu’elle soit mouillée puis encrée, serait alors comme des oscillations mnésiques. Plus tard, il faudra grainer la pierre, la poncer avec du sable et de l’eau à l’aide d’une seconde, pour qu’elle redevienne possible matrice.

 

« Tout ne fait pas souvenir dans la mémoire. » Et Frédéric Khodja d’ajouter « il ne s’agit pas seulement de traiter du souvenir mais de traiter de ce qui anime, de ce qui met en mouvement. » L’estampe, une image par définition multiple. Multiplicité du motif décliné par l’artiste en 2020 à même le papier, au printemps 2021 dans son carnet puis sur la pierre. Comme s’égrainent au fil de récits essentiels les réminiscences. Souvenir, il y a venir. Au monde. Accueillir le jour d’après, ceux qui suivront, charriant un ce qui fut de plus en plus ample, ce qui en nous vibrionne et fait éternité.

 

Blandine Devers

Texte issu d’un entretien avec Frédéric Khodja, le 6 octobre 2021