Exposition collective
Paysages, entre représentation et imaginaire
Musée d'art contemporain de Montélimar
En cours jusqu’au 02/01/2022

L’exposition Paysages présente des œuvres de grandes figures de l’art contemporain comme Joseph Sima, Paul Rebeyrolles, Gérard Fromanger, Jacques Monory, Raymond Hains, Henri Cueco, Gilles Aillaud, dont certains sont toujours actifs comme Vincent Bioulès, Pierre Buraglio ou François Rouan et Claude Viallat. Des artistes confirmés seront également montrés comme Marc Desgrandchamps, Fabienne Verdier et Phillippe Mayaux, ou encore Olivier Masmonteil, Anne-Laure Sacriste, Delphine Gigoux-Martin, Frédéric Khodja, Dominique Castell, Raphaëlle Paupert-Borne, Arthur Aillaud. Enfin le MAC proposera un dialogue entre générations en exposant des artistes plus jeunes ou confirmés, lyonnais, marseillais et parisien : Nicolas Pincemin, Florence-Louise Petetin, Jeremy Liron, Lise Roussel, Marc Desgrandchamps, Fabienne Verdier et Phillippe Mayaux, ou encore Olivier Masmonteil, Anne-Laure Sacriste, Delphine Gigoux-Martin, Frédéric Khodja, Dominique Castell, Raphaëlle Paupert-Borne, Arthur Aillaud.

Exposition collective
La vie dans l’espace Exposition de collection
Musée régional d’art contemporain, Sérignan
En cours jusqu'au 02/01/2022

Commissariat : Jill Gasparina
Avec : Eduardo ARROYO, Marion BARUCH, Stéphane CALAIS, René CAUSSANEL, Nicolas CHARDON, Nina CHILDRESS, COCKTAIL DESIGNERS, Isabelle CORNARO, Robert CRUMB, Sophie CRUMB, DADO, Raymond DEPARDON, Patrick DES GACHONS, Daniel DEZEUZE, Hervé DI ROSA, Erik DIETMAN, DUBOIS & SANAOUI, Mimosa ECHARD, Gudmundur GUDMUNDSSON ERRÓ, Roland FLEXNER, Joan FONTCUBERTA VILLA, Helgi FRIDJONSSON, Gérard FROMANGER, Carsten HÖLLER, Michael JUST, Frédéric KHODJA, Renée LEVI, Didier MARCEL, Allan MCCOLLUM, Jean MESSAGIER, Piet MOGET, Vera MOLNAR, Nicolas MOMEIN, François MORELLET, Olivier MOSSET, Matt MULLICAN, Aurelie NEMOURS, Gérald PANIGHI, Maud PEAUÏT, Bruno PEINADO, Stéphane PENCRÉAC’H, Guillaume PINARD, Alain SÉCHAS, Lucy SKAER, Matias SPESCHA, Lucie STAHL, Peter STÄMPFLI, Jessica STOCKHOLDER, Jeanne SUSPLUGAS, Claire TENU, Roland TOPOR, Niels TRANNOIS, Sarah TRITZ, Tatiana TROUVÉ, James TURRELL, Emmanuel VAN DER MEULEN, Claude VIALLAT, Jessica WARBOYS, FISCHLI Peter & WEISS David, TURSIC Ida & MILLE Wilfried, Jacob EL HANANI

Edition Estampe
Souvenir, il y a venir. Lithographie, juin-novembre 2021, Urdla, Villeurbanne.
URDLA édite cet automne une nouvelle lithographie de Frédéric Khodja, treizième
estampe de l’artiste au catalogue. Elle tire son origine d’un dessin au crayon noir réalisé
en novembre 2020, L’arbre chinois à la poutre kabyle, devenu quelques mois plus tard
dessin d’appui au geste lithographique. Il s’agit moins d’une estampe de reproduction que
d’interprétation. Un titre, nouveau, propre à l’image imprimée, Souvenir, il y a venir,
indique mouvement et processus. 

Livre de chair

Par Cyrille Noirjeanpréface de l'exposition "Histoire(s) de faire confiance aux images", URDLA, Villeurbanne, 2016

biographie de l'auteur.e

Cyrille Noirjean est directeur de L'URDLA, commissaire d'expositions, auteur et psychanalyste.

Livre de chair

L’image est trompeuse. Platon le profère ; nous psittassons depuis. C’est la méfiance qui conviendrait à son égard : là où platoniciens et iconoclastes modernes se rejoignent. Ils dénient que la confiance peut n’être pas aveugle si elle ne méconnaît pas l’erre.
La caverne se mue en bouteille de Klein (intérieur et extérieur sont en continuité). L’expérience enseigne que la réalité se conjoint à l’imaginaire ; ça a une vertu pour le parlêtre : la possibilité de tenir la corde de l’impossible nommé réel.

L’historien est celui qui a vu. Le point de vue construit la réalité (Hérodote versus Glaucon). L’écriture, ici le pluriel (histoires), ouvre au tissage. Autrement dit, des vues d’un point. J’en choisis un : en 1826 Nicéphore Niépce délègue à l’œil photographique qu’il invente de fixer ce qui apparaît dans le cadre de la fenêtre de son atelier de Saint-Loup- de-Varennes. De l’intérieur, vue sur l’extérieur. Retournons le dispositif ; l’œil fait de mains d’homme placé à l’extérieur ne dévoile pourtant pas le dedans, il en faudra un troisième... Trois vues, jetées comme de petits cailloux pour repérer le chemin parcouru dans l’inconnu. L’image et le mot font la réalité, l’écriture qui ouvre à l’équivoque fait apercevoir que ça ne colle pas.

Une image qui en contient une autre, qui selon la place de l’œil produit l’illusion ou dévoile le dispositif, c’est le principe de la Tabula scalata – inacceptable pour l’idéologue mono-idéique (voir plus haut) figé dans le bien voir qui se décline rapidement en bien faire et bien dire. La police polit ; elle masque les interstices du réel. Ici, l’invite est de faire sans une lecture imposée, c’est-à-dire sans maître, ça ne signifie pas sans devoir : celui de maintenir l’entrebâillement du rapport impossible de l’un à l’autre (réalité et mot). Ça a un prix.