Exposition collective
Paysages, entre représentation et imaginaire
Musée d'art contemporain de Montélimar
En cours jusqu’au 02/01/2022

L’exposition Paysages présente des œuvres de grandes figures de l’art contemporain comme Joseph Sima, Paul Rebeyrolles, Gérard Fromanger, Jacques Monory, Raymond Hains, Henri Cueco, Gilles Aillaud, dont certains sont toujours actifs comme Vincent Bioulès, Pierre Buraglio ou François Rouan et Claude Viallat. Des artistes confirmés seront également montrés comme Marc Desgrandchamps, Fabienne Verdier et Phillippe Mayaux, ou encore Olivier Masmonteil, Anne-Laure Sacriste, Delphine Gigoux-Martin, Frédéric Khodja, Dominique Castell, Raphaëlle Paupert-Borne, Arthur Aillaud. Enfin le MAC proposera un dialogue entre générations en exposant des artistes plus jeunes ou confirmés, lyonnais, marseillais et parisien : Nicolas Pincemin, Florence-Louise Petetin, Jeremy Liron, Lise Roussel, Marc Desgrandchamps, Fabienne Verdier et Phillippe Mayaux, ou encore Olivier Masmonteil, Anne-Laure Sacriste, Delphine Gigoux-Martin, Frédéric Khodja, Dominique Castell, Raphaëlle Paupert-Borne, Arthur Aillaud.

Exposition collective
La vie dans l’espace Exposition de collection
Musée régional d’art contemporain, Sérignan
En cours jusqu'au 02/01/2022

Commissariat : Jill Gasparina
Avec : Eduardo ARROYO, Marion BARUCH, Stéphane CALAIS, René CAUSSANEL, Nicolas CHARDON, Nina CHILDRESS, COCKTAIL DESIGNERS, Isabelle CORNARO, Robert CRUMB, Sophie CRUMB, DADO, Raymond DEPARDON, Patrick DES GACHONS, Daniel DEZEUZE, Hervé DI ROSA, Erik DIETMAN, DUBOIS & SANAOUI, Mimosa ECHARD, Gudmundur GUDMUNDSSON ERRÓ, Roland FLEXNER, Joan FONTCUBERTA VILLA, Helgi FRIDJONSSON, Gérard FROMANGER, Carsten HÖLLER, Michael JUST, Frédéric KHODJA, Renée LEVI, Didier MARCEL, Allan MCCOLLUM, Jean MESSAGIER, Piet MOGET, Vera MOLNAR, Nicolas MOMEIN, François MORELLET, Olivier MOSSET, Matt MULLICAN, Aurelie NEMOURS, Gérald PANIGHI, Maud PEAUÏT, Bruno PEINADO, Stéphane PENCRÉAC’H, Guillaume PINARD, Alain SÉCHAS, Lucy SKAER, Matias SPESCHA, Lucie STAHL, Peter STÄMPFLI, Jessica STOCKHOLDER, Jeanne SUSPLUGAS, Claire TENU, Roland TOPOR, Niels TRANNOIS, Sarah TRITZ, Tatiana TROUVÉ, James TURRELL, Emmanuel VAN DER MEULEN, Claude VIALLAT, Jessica WARBOYS, FISCHLI Peter & WEISS David, TURSIC Ida & MILLE Wilfried, Jacob EL HANANI

Edition Estampe
Souvenir, il y a venir. Lithographie, juin-novembre 2021, Urdla, Villeurbanne.
URDLA édite cet automne une nouvelle lithographie de Frédéric Khodja, treizième
estampe de l’artiste au catalogue. Elle tire son origine d’un dessin au crayon noir réalisé
en novembre 2020, L’arbre chinois à la poutre kabyle, devenu quelques mois plus tard
dessin d’appui au geste lithographique. Il s’agit moins d’une estampe de reproduction que
d’interprétation. Un titre, nouveau, propre à l’image imprimée, Souvenir, il y a venir,
indique mouvement et processus. 

Gilles

Gilles, pour une petite géométrie de silence
Objet vidéographique, piratage dansé, Montpellier, 2005
Extraction à partir de 90 images numériques 
Avec Elsa Decaudin et David Olivari
texte de présentation
Neuf minutes trente-quatre secondes

Je suis au balcon à fumer une cigarette.
En face, les volets de l’immeuble s’ouvrent par longs cliquetis.
Les jambes puis les torses de mes voisins apparaissent avant de disparaître derrière des rideaux. Dans la rue au-dessous, une femme marche et crie, secouée à en faire tomber son sac à provisions.
Je regardais cette femme, en 1979.

Une des petites géométries, image taillée dans la lymphe grise est aujourd’hui hantée.
Habitée d’une présence qui se mêle de noir et de bras, de jambes, à l’écran cervical.
C’est bien ça. Un écran de silence, vide à l’air intérieur et à ciel ouvert.
Elsa me dit qu’à force de la regarder, elle voit la rue en bas de la maison, les fenêtres fermées,
les fenêtres comme des yeux, qui parsèment le grand toit.
Elle me dit qu’il n’y a personne dans cette rue et que le commerce avec ses étals et sa porte ouverte lui semble abandonnés. Comme après une rafle.
Je lui parle de Chaplin, de ce film où Charlot revient ouvrir son salon de coiffure. Quel film ? je ne m’en souviens pas dans l’instant.
Le dictateur, dit Elsa.
Les tonalités de cette géométrie sont dans l’exacte qualité des débuts du parlant. Ces gris, ces ombres légères et figées, cet effacement qui avance en brumes.
Je pense à Marie-Laure, mon amie qui écrit depuis Nice. À cette année où elle a vécu dans les petites géométries, à ses mots fantastiques.
Brasilia est une ville géométrique me dit Elsa. Construite sur une sauvagerie.
Dimanche 6 février. La pluie a caché le ciel sec.
Le petit objet existe, il mesure neuf minutes et trente-quatre secondes.
Cette semaine à venir il faut écrire des textes. Elsa et gilles de la Tourette. Emmanuel et ses troubles obsessionnels du comportement.Ses troubles.
Je vais filmer par petits fragments, mes choses rangées dans des boîtes, dans des tiroirs, sur des tables, dans l’atelier, à l’abri. Hiver 2005.

J’enregistre.